Dictionnaire amoureux de Venise

Dictionnaire amoureux de Venise

Philippe Sollers

Language: French

Pages: 231

ISBN: 2:00352974

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Jamais ville n'a suscité autant d'attrait et de curiosité que Venise. Il fallait tout le talent de Philippe Sollers pour nous enchanter une fois encore.

" Venise est une grande aventure historique. Elle peut être aussi une passion individuelle. C'est le cas ici. Dans ce titre : Dictionnaire amoureux de Venise, je souligne le mot amoureux. Il ne s'agit évidemment pas d'un "guide" (il y en a d'excellents), mais d'une expérience personnelle liée à ma vie d'écrivain. Je suis arrivé là très jeune, j'ai passé chaque année, printemps et automne, beaucoup de temps à marcher, naviguer, regarder, respirer, dormir et m'émerveiller. Venise, voilà son secret, est un amplificateur. Si vous êtes heureux, vous le serez dix fois plus, malheureux, cent fois davantage. Tout dépend de votre disposition intérieure et de votre rapport à l'amour. L'amour ? Oui, et dans tous les sens : anges et libertinage, architecture, peinture, musique, roman, poésie, mais aussi air, pierre, eau, étoiles. Nature et culture enfin à égalité. Venise n'est pas un musée, mais une création constante. Si vous échappez aux clichés, au tourisme, aux bavardages ; si vous avez réussi à être vraiment clandestin ici, alors vous savez ce que le mot paradis veut dire. Le monde se précipite vers le chaos, la violence, la terreur, la pornographie, le calcul aveugle, la marchandisation à tout va ? Mais non, voyez, écoutez, lisez : voici le lieu magique et futur dont tous les artistes et les esprits libres témoignent. "

Philippe Sollers

Contemporary Italy, A Research Guide

Syrian Dust: Reporting from the Heart of the War

Pereira Maintains

Native Wine Grapes of Italy

Amore and Amaretti: A Tale of Love and Food in Italy

The Monster of Florence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les navettes, chargées de voitures ou de camions (renversement des autoroutes, des boulevards, des avenues, des rues), s’appellent Marco Polo (logique) et Ammiana. Les carrosseries et les capots brillent sur l’eau, on dirait qu’on va les noyer au large. Dans Le Cœur absolu (1987, Folio 2013), la fête continue : Globe d’Orient, ocre et terre de sienne, Athènes. Bocotan, orange, Manille. Silver Dream, gris et rouge, Sydney. Tiepolo, cheminée jaune à rayure bleue horizontale étoilée de blanc,

mortels. Dans les coulisses, Dieu ou les dieux. Destin, hasard, saisons, nature. L’éclair est un serpent qui révèle les éternités différentes de la femme et de l’homme. Vous ne le savez pas au point où le tableau le dit. Mais regardez à présent de plus près cette très légère touche blanche posée sur un toit diagonal, là-bas, couvrant une terrasse comme il y en a tant à Venise. Un oiseau. Une mouette ? Un goéland ? Non, un héron tourné vers l’éclair et semblant lui claironner quelque chose. Coup

séraphique, violente, brûlante, sacrificielle, empourprée. Elle est comme ces anges rouges de Mantegna qui entourent, comme un scaphandre de feu, le Christ sortant du tombeau. Venise, elle, est la ville chérubinique par excellence : contemplation et compréhension du lointain, regard sans fin ramené sur soi après avoir bouclé la boucle, récollection et concentration des randonnées de la connaissance. C’est le visage dans la pierre voyant le temps dans ses fibres. Les franciscains séraphiques sont

à ce sujet, Maître François Xavier confessait une dame et il la visitait de temps en temps pour s’entretenir avec elle de choses spirituelles. Dans la suite elle fut trouvée enceinte, mais le Seigneur voulut qu’on découvrît celui qui avait commis la faute. » Terminons par cette anecdote charmante, que le lecteur moderne ne pourra pas s’empêcher de lire entre les lignes. Elle s’appelle Isabelle Roser : � Cette pieuse femme, très dévouée à saint Ignace – elle l’aida de ses deniers longtemps –,

façon suivante. Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et Salomé, se rendent au tombeau avec des aromates pour oindre le corps. Il est très tôt le matin, elles se demandent qui va leur rouler la pierre, elles voient que le tombeau est ouvert, elles entrent dedans, elles voient un jeune homme assis à droite vêtu d’une robe blanche, elles sont saisies de stupeur : � Mais il leur dit : “Ne vous effrayez pas. C’est Jésus le Nazaréen que vous cherchez, le Crucifié : il est ressuscité, il n’est pas

Download sample

Download